Fin 1968, quelques jours après le renversement du pouvoir du Président Modibo Keita par les putschustes composés de Tiékoro Bagayoko, Moussa Traore, Yoro Diakite, Kissima Doukara..

Djelimady Sissoko qui était la plus belle voix de la musique malienne à l’époque entre en studio pour une session d’enregistrements dont une chanson titrée « Allah No » en compagnie du reste de l’Ensemble Instrumental National du Mali.

La chanson évoque clairement une certaine réjouissance du coup d’Etat notamment à travers ces paroles « Allah No, Djagoya fanguan mi téménan Allah ni armée, Allah no Liberté koura mi nanan Allah ni Armée » qui signifie littéralement que c’est grâce à l’armée donc aux putschustes que le Mali à été libéré du régime dictatorial de Modibo Keita et que c’est également grâce à l’armée que souffle un nouvel air au Mali.

Djelimady en chantant cette chanson à l’époque ne pouvait pas s’imaginer que le Mali basculait vers un régime dictatorial de 23 années mené par le Général Moussa Traoré.

A l’époque Modibo Keita avait tenté d’instaurer un régime socialiste au Mali car il voyait un grand avenir pour la République du Mali mais beaucoup ne comprenaient pas la vision du Président Panafricaniste qui est décédé dans une condition déplorable.

Facebook Comments

Les chansons et leurs histoires « Allah No » de Djelimady Sissoko N°2.

Culture |