Koulou Kalan, le chant funèbre de Soundjata Keita

Koulou Kalan est un chant traditionnel du Mandé, c’est une chanson chanté en partie en Khassonké (dialecte de la région de Khasso).

L’origine de ce chant remonte à la période de l’empire Mandingue au VIIIe siècle, à la mort de l’empereur Soundjata Keita les griots se sont concertés pour dédier un chant en hommage à l’empereur disparu.

Le premier couplet de la chanson « Deni niengo sitai bali tognon siguima denian Konaté, M’bena N’gana de kilila » qu’on peut traduire par « Enfant égoïste tu ne pourras jamais empêcher l’élu de suivre son destin » pour dire que nul ne peut changer le destin de l’autre, « Ah wa m’béna N’gana de kilila » oh je vais m’adresser à l’homme fort.

La chanson évoque les prouesses de Soundjata d’une manière assez admirative, elle considère la mort de Djata comme la déchirure d’un Doun-Doun un instrument traditionnel à percussion du Mandé.

Beaucoup de cantatrices ont interprétés cette chanson au fil des temps à travers plusieurs siècles de transmission mais la version la plus mémorable des temps moderne revient à Fatoumata Kandialy Kanoute grande cantatrice du répertoire mandingue et griotte attitrée de Fily Dabo Sissoko dans le temps.

Facebook Comments

Koulou Kalan, le chant funèbre de Soundjata Keita

Musique |

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>